Se mettre en mouvement

Prendre une décision a pour but de mener une action

Parfois bousculer par tout ce qui nous arrive, le quotidien, on tend à perdre le fil, à laisser les dossiers de la vie en souffrance et à les voir s’entasser sous nos yeux, dans notre tête, et tout devient indéchiffrable, insoluble.

De cette situation peut naître une vraie souffrance physique, psychique et émotionnelle. On ne vit plus, on survit au milieu d’une vie qui ne semble plus nous appartenir. On se sent dépossédé.

Nous sommes faits pour être créateur de notre vie. Être créateur de notre vie, c’est se mettre en mouvement pour donner vie à ses rêves, à ses envies.

Un état d’être apaisé, un état d’esprit clair est nécessaire.

Je vous propose une « méthode » en quelques étapes pour y voir plus claire, l’idéal est de faire cet exercice après un moment de pause, une méditation, de profondes respiration, un soin reiki pour les initiés afin d’être dans un accueil de ce qui vient.

Les étapes:

1- Prendre les situations les unes après les autres, les poser sur papier, faire un résumé de la situation;

2- Définir la situation de manière subjective, émotionnelle, ce qui nous touche, ce qui nous perturbe, les émotions que cela réveille en nous: colère, tristesse, peur, joie;

3- Définir la situation de manière objective: les enjeux matériels;

4- Définir la situation en se mettant à la place de l’autre (dans la mesure du possible), faire preuve d’empathie si vous souffrez de la situation, dites vous qu’il y a peu de chance que vous soyez seul;

5- Fixer les objectifs que l’on souhaite obtenir sans porter de jugement, ni mettre de pression et d’attente, faites vos vœux;

6- Réfléchir au(x) moyen(s) d’action en sa possession pour mettre en œuvre;

7- Se faire aider si vous sentez un blocage à une étape du processus;

8- Mettre en œuvre votre décision, passer à l’action à la lumière de votre compréhension du moment.
En effet, rien n’étant figé, ce que vous décidez est amené à évoluer en fonction de vos aspirations qui changent, d’un environnement qui vous répond. C’est un processus perpétuel, c’est un processus de vie.

Nous pouvons aussi arrivé à la fin du processus et décider que finalement l’idée poursuivi n’a plus lieu d’être, est obsolète, renoncer à quelque chose, c’est aussi agir, c’est laisser la place à autre chose qui a plus a raison d’être.

Passer à l’action c’est donner vie à ce qui est essentiel pour nous, c’est se libérer des attentes, des fantasmes,en se confrontant ce que nous pensons au monde, aux autres.
L’année 2015, nous y invite fortement.

Cet article est une forme de mise à jour d’un article paru initialement en mai 2014 sur ce site.

Share Button

Résurrection

La résurrection c’est revenir à la vie. C’est la naissance et la renaissance du cycle de la vie à travers le déroulement des saisons.

Nous sommes appelés à renaitre chaque jour de notre vie, à entrevoir un autre chemin, à saisir de nouvelles chances, à renaitre à la lumière.

Rien n’est immuable, accueillez le changement, voyez le comme une opportunité de bonheur et de croissance.

La vie n’est pas une ligne droite, elle est faite de cycle de vie.

Bon Lundi de Pâques à tous, cette fête qui est là pour rappeler la résurrection de Jésus.

mort_et_resurrection_de_jesus

Share Button

Le mot du jour

Après une semaine fort dense, je me suis dit que j’allais partager avec vous un mot que j’ai découvert et qui sonne vraiment magnifiquement pour moi, et quand je dis sonne aussi bien à mes oreilles qu’à mon cœur, un autre article était prévu mais ne correspondait pas avec mon énergie du jour.

Ce mot d’origine grecque signifie et c’est là que c’est magique parce que je trouve que c’est une magnifique synthèse de ce qui me tient à cœur, je dirais même une philosophie de vie que j’essaye d’entretenir chaque jour.

Faire quelque chose avec son âme, sa créativité, son amour, mettre quelque chose de soi dans ce que l’on fait et j’ai la chance de connaitre nombres de gens dans cette dynamique qui met de la couleur dans la vie.

Je trouve ce mot inspirant et inspiré, et il m’inspire, je vous souhaite donc pour ce début de semaine, d’être dans « la dynamique du meraki » et de profiter du soleil, de la vie où que vous soyez.

meraki

Share Button

Avoir un don

Cet article j’avais envie de l’écrire depuis un moment et je pense que je vais revenir en d’autres occasions sur le sujet.

C’est un sujet sur lequel je me questionne régulièrement, l’usage de la voyance, de mon intuition, la nécessaire vigilance de cet outil, l’envie de le transmettre aussi à ma manière.

Cet article fait suite à un constat, je me suis retrouvée ces derniers mois suite à différentes rencontres à faire partir de groupes sur Facebook relative à l’ésotérisme, les dons, les « pouvoirs » et j’ai vraiment eu un malaise.
L’énergie qui s’en dégage: lourdeur, opacité, intentions floues et rarement énoncées, beaucoup de croyances et de rituels pour atteindre un objectif obscur de détenir une vérité ou une clef. De vrais dérives en matière de discernement, une soumission à des croyances, pas de vigilance dans les actions, des personnes pathologiques.

D’ailleurs beaucoup, se sentent soumis à des forces négatives, alors clairement je n’y crois pas, où plutôt j’ai la croyance que l’énergie de nos pensées est dotée d’une vraie force et que si nous sommes persuadés d’être attaquables, nous le sommes. Et, si moi je devais avoir une croyance qui est plus une certitude c’est que j’ai un ange qui veille sur moi.

Pour en revenir au don, il faut savoir que pour moi tout ceci est naturel, dans le sens où j’ai vécu dès mon plus jeune âge en contact avec les cartes, les rêves prémonitoires, et même la magie, cela fait partie de mon héritage familial, pour moi il n’y a rien ni d’obscur, ni de secret, ni de surnaturel ( pour ma part ce qui est surnaturel, c’est de savoir faire du tricot ….comme quoi). Le fait de baigner là dedans correspond à deux facteurs mes origines algériennes ( là bas toutes les femmes sont un peu voyantes) et de l’attrait d’une de mes tantes pour le sujet, en quelque sorte elle a était ma première initiatrice.

C’est vrai, que lorsque j’ai étais confronté à des personnes pour lesquelles le sujet était tabou, qui n’avait eu aucun contact avec le sujet, au début j’ai eu du mal à comprendre ce que je ressentais, le fait qu’elle ne se sentait pas à l’aise avec cette dimension et puis j’ai fait mon chemin et j’ai compris que mon aisance était simplement le fruit de mon vécu et que pour la majorité des gens c’est un monde à part.

De l’autre côté, et ça je les découvert que récemment des gens qui ont une forme de fascination presque morbide pour cet univers, et qui y associe nombres de rituels, de connaissances hermétiques loin de la vie. Et là, c’est moi qui ressent comme un malaise. La même sensation de il faut cacher ce qui est, comme lorsque je me rends parfois dans la librairie ésotérique de Gilbert Jeune à Saint-Michel, il y règne une atmosphère où les gens semblent vouloir se cacher d’être là.

Pour ma part, je ne suis pas fan des rituels alors même qu’on pourrait m’opposer que je pratique le reiki qui repose sur un ensemble de gestes codés, qui fait appel à une énergie. C’est vrai mais pour moi c’est clair, transparent, il n’y a pas de mystère, et en plus j’ai un Maître Reiki qui le transmet ainsi ( au demeurant c’est une voyante comme quoi on n’échappe pas à son karma).

Ce qui me dérange c’est de faire du don ( d’ailleurs quelque qu’il soit) un pouvoir, une chose inaccessible, déconnecté de la vie.

L’intuition est en chacun de nous, nous avons tous des éclairs d’intuition à chaque commencement rencontre, projet, qu’on écoute ou qu’on écoute pas, ce truc instinctif qui gît en nous. Ce ressenti de la lumière ou du danger.
Le voyant fait juste haut parleurs de ce qui résonne en vous, il énonce, il apporte aussi sa vision, sa sensibilité, son énergie, donc le choix du voyant, de l’intuitive n’est pas anodin.

Allez chercher la magie ailleurs que dans la vie c’est pour moi un non sens.

Nous devrions tous mettre nos dons, cette magie de la vie à la lumière du jour.

J’avoue que j’ai moi même fait un long chemin, j’ai longtemps gardé dans mon jardin privé et à réserver mon don à mon entourage, avec une vraie difficulté de faire de mon don, une activité à part entière.
Aujourd’hui encore, j’interroge ce choix, une envie de l’amener à une autre dimension, de le développer, de le transmettre, de communiquer encore plus sur mes ressentis, ce que je perçois.

Quelque part, j’aspire à une reconnexion et à une affirmation du monde à cette réalité, à cette magie, à ce don en pleine lumière et non pas dans des coins sombres, en catimini, de manière ampoulée.


J’aimerais vous lire sur votre vécu. Sur ce qui vous dérange éventuellement, sur votre vécu des deux côtés
.

Fortunes psychique Estampe  Art Nouveau tzigane par Emily Balivet

Share Button