L’illettrisme

J’aborde ce sujet, car pendant un mois, ce sujet est souvent apparu dans mon quotidien.

Tout d’abord un livre sur  » La revanche des nuls en orthographe » de Anne-Marie GAIGNARD, portant sur l’apprentissage qu’on m’a offert à Noël. ( au passage j’étais moyenne en dictée mais première de ma classe en français parce qu’excellente en rédaction …moi un problème avec les règles imposées, bien sur que non!!!!)

Puis une discussion avec une amie, qui m’explique les lacunes énormes des camarades de classes de sa fille en conjugaison.

Un souvenir qui remonte en moi quand j’avais 8 ans, de ce que je m’étais dit à cet âge, de savoir lire, de comprendre et de pouvoir ainsi accéder à un univers de connaissances ( j’avais des petites camarades qui rencontraient de vraies difficultés et je ressentais leurs peines, la mise à l’écart de fait).

Un reportage sur l’illettrisme sur lequel je tombe par hasard et prendre conscience de l’étendue du problème, et de la rapidité avec laquelle on peut perdre ses acquis.

Des chiffres: http://www.anlci.gouv.fr/Illettrisme/Les-chiffres/Niveau-national.

Et pour finir, une conférence sur la santé et le sujet est évoqué, il est question de la fonction symbolique qui est propre et de son vecteur principal, le langage, et l’illettrisme qui conduit une personne à se couper de cette dimension, à ne pas être en mesure de formuler un concept et de parler de son monde intérieur. Une dimension que je n’avais pas envisagée et qui me parait tellement essentielle.

Ce sujet me touche, c’est viscéral, j’ai tout de suite une émotion qui remonte, pourtant je n’ai pas de cas qui me touche directement.

C’est la même émotion qui me remonte quand je pense au fait qu’un nombre important d’individus ne connaissant pas leurs droits.

Je crois que fondamentalement le libre arbitre de l’homme, sa puissance réside dans sa capacité à accéder à la connaissance, c’est quelque chose qui vit en moi. C’est l’autonomie, sa liberté qui est en jeu.

Nous sommes dans une ère de l’information de masse, accessible facilement dans notre société ( même si on parle de fracture numérique), pouvoir y accéder mais aussi avoir la compréhension suffisante qui amène le discernement est fondamentale. Les récents événements nous prouvent qu’une information relayée en masse mais mal comprise, déformée est un puissant poison ( retrait de l’école, propagation d’idées farfelues et aberrantes).

Il est impensable pour moi que les statistiques de l’illettrisme soit si importantes et puisse priver une partie de la population d’accéder à la connaissance.

Je me suis toujours jugée mauvaise pédagogue et pas très patiente pour apprendre aux autres.

Mais je me rends compte que j’ai envie de transmettre et que ça vient là et que cela va m’obliger à revoir mon jugement sur moi même et à travailler ma transmission.

Je réfléchis à comment m’investir pour cette cause, si vous avez des pistes, je suis preneuse.

Et je suis intéressée de vous lire sur le sujet.

1779729_754116657932648_951057832_n

Share Button

« Ma petite Reine » par Sabrina V.

« Ma petite fille de 2 ans découvre son sexe…une nouvelle chaîne de brisée dans cette famille où l’on m’a véhiculé l’image de mon sexe comme étant inférieur, honteux, sale et maléfique…cela n’a pas été simple pour moi de réprimer ma colère et ma gêne qu’elle se découvre, mais je l’ai laissé faire…et la première fois qu’elle s’est penchée pour vraiment se regarder,son exclamation émerveillée: « hooo c’est beau!! » 😀 ♥ et maintenant, que je suis fière de l’entendre parler de son sexe : « moi z’ai un ti bouton et un ti crou » ^^ on lui a donné un nom « la choupette », elle le dit « c’est ma poupette! » 🙂 et je lui ai écrit cela aujourd’hui:

« Je lève ma main, mes doigts s’agitent dans l’eau trouble…je suis entourée d’une lumière diffuse aux reflets rouges orangés qui m’apaisent…une douce mélodie cadencée orchestre d’autres sons insolites et variés ; et malgré ce manque apparent de cohérence, j’y trouve néanmoins mon réconfort… mon cordon s’enroule autour de mon bras, il est doux et dur en même temps, ma minuscule main l’enserre et je sens la force du flot sanguin s’y mouvoir à l’intérieur…ma peau est lisse et douce et j’aime ce cordon entremêlé de veines qui me frôle et que je peux serrer contre ma peau…ma tête se penche un peu plus vers mon ventre et admire mon attachement de chair entre ma mère et moi…je me penche un peu plus encore, et soudain je vois une fleur en moi, deux magnifique pétales ourlées de chair, et en haut un si joli bouton de rose, petit cœur palpitant, et plus bas un petit orifice ouvert à la vie…je suis une fille…mon sexe est une fleur et c’est la beauté incarnée…je suis une fille et je suis heureuse de vivre !

Ma mère me reçoit et moi aussi un jour je recevrai l’enfant en moi…

Avant cela son corps a reçu le sexe d’un homme aimé, que je recevrai aussi lorsque la graine sera prête à germer…

Je suis un réceptacle de vie, une fleur ouverte…je suis une fille et une reine en devenir…

Je suis une fille et je mesure ma joie d’être incarnée dans ce corps si beau, si parfait…sacré. »
Sabrina V.

Artiste: Sabrina V.
Artiste: Sabrina V.
Share Button